Loading...
Finance

Comment administrer les déclarations sous serment et rédiger une attestation sur l’honneur ?

Une fois que vous avez confirmé l’identité de la personne qui sollicite vos services notariaux et vérifié qu’elle est prête à signer librement et volontairement, le prochain devoir d’un notaire public est de déterminer le type de document qu’elle vous a présenté. Les deux types de documents notariés les plus courants sont les déclarations sous serment et les accusés de réception. Les déclarations sous serment sont souvent (mais pas toujours) appelées affidavits. En savoir plus sur l attestation sur l honneur

Certains documents ont le mot affidavit dans le titre mais aucun libellé qui exige un serment. Le titre est là pour identifier le document et ne détermine pas ce qu’il est, donc allez par le libellé dans le document lui-même. Si le document comporte un Jurat comme certificat notarié, vous savez qu’il s’agit d’une déclaration sous serment. Sachez toutefois que toutes les déclarations sous serment ne comportent pas un Jurat. Regardez la ou les deux premières phrases du document. S’il y est question d’être dûment assermenté ou sous serment, il s’agit d’une déclaration sous serment.

Pour toutes les déclarations sous serment, le notaire doit faire prêter un serment ou une affirmation. La différence entre les deux est qu’un serment est une promesse faite devant Dieu que la déclaration est véridique, tandis qu’une affirmation ne fait aucune référence à une divinité. Dans un cas comme dans l’autre, une déclaration sous serment est faite sous peine de parjure, ce qui est grave.

C’est un événement solennel et il doit être traité comme tel. Demandez au client de lever sa main droite ou de la placer sur son cœur. Récitez un serment et/ou une affirmation et exigez une réponse positive ; les réponses non verbales ou les grognements ne sont pas acceptables.

Le serment ou l’affirmation administré par le notaire doit être conforme aux lois. Si la loi ne spécifie aucune formulation, le notaire peut regarder la formulation suggérée dans la loi uniforme révisée sur les actes notariés ou d’autres lois modèles qui peuvent être trouvées en ligne. L’intention du serment ou de l’affirmation est de faire comprendre au signataire le sérieux des déclarations faites dans le document, la nécessité d’être véridique dans l’exécution du document et les conséquences d’une fausse déclaration faite sciemment dans ce cas.

Après avoir fait prêter serment ou affirmer, le notaire signera le certificat de notaire qui, pour une déclaration sous serment, doit vérifier les quatre faits suivants :

1. Le signataire a comparu devant le notaire.
2. Le notaire a vérifié l’identité du signataire.
3. Le signataire a signé le document librement et volontairement en présence du notaire.
4. Le signataire a juré ou affirmé (sous peine de parjure) que les faits contenus dans la déclaration étaient vrais et/ou qu’il ferait ce que la déclaration disait qu’il ferait.

La simple formulation  » assermenté et souscrit devant moi ce __ jour de ___  » transmet tous ces faits soit directement, soit implicitement. Cette formulation est la forme la plus courte de ce qu’on appelle un Jurat.

Parfois, le certificat notarié pour une déclaration sous serment ne comprend pas le 4e fait parce que la partie qui a préparé le document a choisi d’inclure une formulation différente. Dans ce cas, le certificat notarié s’appelle une reconnaissance.

Les jurats et les reconnaissances seront abordés dans les prochains articles ici.